Les artistes refont le monde
Autour du texte
31 octobre 2018

Sauvegarder en ligne la Révolution

C’est depuis Beyrouth où elle s’est réfugiée avec sa famille, que la graphiste syrienne Sana Yazini, née en 1970 et diplômée des Beaux-Arts de Damas, s’est lancée en mai 2013 dans la création de la plateforme The Creative Memory of The Syrian Revolution. Un site trilingue —français, anglais, arabe — non pas pour raconter les événements de la Révolution en eux-mêmes, mais pour rendre compte des formes d’expression intellectuelle qui en naissent. « Il s’agit d’écrire, enregistrer, documenter, rassembler les histoires du peuple syrien, grâce auxquelles il a pu reprendre en main le sens de son existence sociale, politique et culturelle. »

Lire aussi...