L’art du tourisme thaï

Chronique par Luc Clément

Sommaire

Triangle d’Or, province de Chiang Rai, nord de la Thaïlande. De cette zone sensible, voisine du Laos et de la Birmanie, on ne gardait bien souvent que de troubles souvenirs opiacés. Peu à peu, la légende stupéfiante a pourtant cédé place à des parcs d’éléphants enchaînés et dépressifs, tigres chloroformés, crocodiles domestiqués ou singes hystériques qui jouent les pitres pour touristes en quête d’attractions humiliantes. Des hordes de quads polluent allègrement la jungle pendant que des réfugiés birmans – les malheureux Rohingyas et autres Padaung, connus pour leurs Femmes Girafes – parqués eux aussi dans des camps touristiques, se font les camelots d’un artisanat qu’ils ne produisent même pas. Les wat, temples bouddhistes traditionnels, poussent dans tous les sens, suscitant l’engouement des touristes mais dérangeant paradoxalement la sérénité censée régner dans ces lieux de recueillement. Deux d’entre eux valent néanmoins qu’on s’y attarde.

Lire aussi...


Warning: Undefined array key "tag" in /srv/data/web/vhosts/dev.switchonpaper.site/htdocs/wp-content/themes/switch/inc/class.Filter.php on line 155

Parcourez nos éditions

Younes Baba Ali, art et activisme en Belgique
0001
0001

Art et engagement. Une enquête en Belgique

Découvrir l’édition

Parcourir nos collections