Les artistes refont le monde
L'auteur

L'auteur : Boris Achour

Biographie

Boris Achour est artiste, né en 1966 à Marseille. Il est un des fondateurs et organisateurs de Public (1999-2006), espace d’art indépendant à Paris géré par des artistes et des curateurs. En 2002, avec Claire Jacquet, François Piron et Émi... [ lire la suite ]

Contributions
Voir tous les auteurs +
Thesaurus

Thesaurus :

Association fondée en 1960 par le mathématicien François Le Lionnais et l’écrivain et poète Raymond Queneau, l’OULIPO (Ouvroir de littérature potentielle) est un groupe littéraire qui explore la potentialité des contraintes formelles par le biais de défis mathématiques imposés à la langue et au travers des jeux d’écriture. Inspirés par les Grands rhétoriqueurs (poètes de cour de langue française) du début de la Renaissance (fin du XVème siècle), les membres fondateurs se plaisaient à se décrire comme des « rats qui construisent eux-mêmes le labyrinthe dont ils se proposent de sortir ». George Perec a notamment utilisé la technique du lipogramme (figure de style qui consiste à produire un texte d’où sont délibérément exclues certaines lettres de l’alphabet) dans La Disparition, ou celle du cavalier d’Euler (problème mathématico-logique fondé sur les déplacements du cavalier du jeu d’échecs) dans La Vie Mode d’Emploi.

François Le Lionnais

Particulièrement répandu dans le monde scientifique pour ses nombreuses bibliothèques (ensemble d’entités informatiques compilées et prêtes à être utilisées par des programmes) optimisées et destinées au calcul numérique, Python est un langage de programmation (notation conventionnelle destinée à formuler des algorithmes et produire des programmes informatiques qui les appliquent) interprété, qui favorise la programmation impérative (décrit les opérations en séquences d’instructions exécutées par l’ordinateur pour modifier l’état du programme) structurée (sous-ensemble de la programmation impérative), fonctionnelle et orientée d’objets (interaction de briques logicielles appelées objets (représentation d’un concept, d’une idée ou de toute entité du monde physique). Il est notamment utilisé pour automatiser des tâches simples mais fastidieuses et des actions répétitives.

Créé en 1995, Blender est un logiciel libre (dont l’utilisation, l’étude, la modification et la duplication par autrui en vue de sa diffusion sont permises techniquement et légalement) de modélisation, d’animation par ordinateur et de rendu en 3D. Il permet également la création d’applications 3D interactives ou de jeux vidéo grâce à son moteur de jeu intégré (Blender Game Engine).

Fondé le 11 décembre 1980 à Milan par le designer italien Ettore Sottsass et dissous en 1988, le Groupe Memphis est un mouvement de design et d’architecture influencé par la mode et les mouvements artistiques internationaux du moment comme le Pop Art. Il déstabilise les codes du design post-Bauhaus et s’oppose au style international et au postmodernisme par l’utilisation d’une gamme beaucoup plus large de couleurs en introduisant le motif, l’usage du stratifié dans le mobilier et plus généralement des formes nouvelles dans les meubles, les luminaires ou les éléments de table. Il se caractérise par un mélange de styles, de matériaux puisés dans l’histoire du XXe siècle.

Courant artistique pluridisciplinaire (design, photographie, costume, danse), Le Bauhaus est une école d’architecture et d’arts appliqués fondée en 1919 à Weimar en Allemagne par l’architecte allemand Walter Gropius. Ce mouvement posera les bases de la réflexion sur l’architecture moderne et notamment du style international : « Le but de toute activité plastique est la construction ! […] Architectes, sculpteurs, peintres ; nous devons tous revenir au travail artisanal, parce qu’il n’y a pas ‘d’art professionnel’. Il n’existe aucune différence essentielle entre l’artiste et l’artisan. […] Voulons, concevons et créons ensemble la nouvelle construction de l’avenir, qui embrassera tout en une seule forme : architecture, art plastique et peinture » Walter Gropius – Manifeste du Bauhaus – 1919.

Walter Gropius

L’Architecture moderne ou Mouvement moderne commence à apparaître dans la construction et l’urbanisme entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe, avec l’avènement de certaines innovations techniques, comme par exemple le remplacement de la fonte par l’acier, afin de s’adapter aux progrès des modes de vie. L’ouverture de l’école du Bauhaus en 1919 à Weimar (Allemagne) constitue une mise en œuvre majeure de la théorie moderne par l’utilisation de lignes géométriques simples, ainsi que par la création d’espaces fonctionnels et lumineux.

Courant architectural apparu dans le monde entier dans les années 1920 et jusqu’à la fin des années 1980, le style international se caractérise notamment par des constructions en béton, en acier et en verre, et se positionne en rupture totale avec les traditions du passé. Ses architectes recherchent le dépouillement dans la décoration, décident de mettre en valeur les volumes par des surfaces extérieures lisses et sans ornementation.

Après avoir été un mouvement artistique (inventé au tournant des années 1970/80), le postmodernisme en architecture cherche à rétablir une connivence avec le public, empruntant volontairement des voies humoristiques ou les ressorts du jeu d’esprit. Cet élan vers le public s’est aussi exprimé par une surabondance de références aux clichés populaires sur les styles architecturaux anciens. Il se caractérise notamment par un retour de l’ornement, de la composition hiérarchisée, des symétries, et s’oppose au dénudement formel standardisé du Style international moderniste.

Mouvement artistique majeur du XXe siècle, le Pop art se caractérise par l’emploi d’images et de symboles issus de la culture populaire de masse comme les produits de consommation, les médias ou la publicité. Le concept du Pop art se présente moins dans l’œuvre elle-même que dans l’attitude qui lui est donnée.

Thesaurus
Autour du texte
Array ( )
29 septembre 2020

Algorithmes et papier mâché

Pourquoi et comment produire des objets destinés pour la plupart à être stockés dans l’attente d’hypothétiques expositions et d’encore plus hypothétiques ventes ? Comment continuer à travailler sans forcément réaliser concrètement des objets dont la fabrication, le transport et le stockage imposent des coûts conséquents ? A l’heure de la crise économique et environnementale que nous traversons, ces questions posées par Boris Achour prennent un sens particulier. L’artiste y répond en développant un système de conception et de production artistique aussi rigoureux qu’aléatoire : le projet DAMP.

Lire aussi...